Alaïa

Galliera UNE

ALAIA

 

 Si vous savez et aimez un peu coudre, courrez à la rétrospective Alaïa au Palais Galliera. C’est juste hallucinant.

Outre le plaisir de pouvoir admirer de près les célèbres robes portées par Tina Turner, Grace Jones ou Rihanna, ce sont incrédulité et émerveillement qui s’imposent devant l’incroyable travail du couturier.

Travail et recherche, certainement. Car Azzedine Alaïa a une obsession: rendre les femmes belles. Il cherche à épouser au mieux leur corps en modelant, sculptant le vêtement:

la taille est fine, la poitrine fière, la peau apparente, les jupes en corolle s’épanouissent sous les hanches ou sous les genoux.

 

Robe AlaiaCuir, laine bouillie, raphia, mousseline ou jersey, aucun matériau ne lui résiste. Ce sont principalement des robes, découpées au scalpel avec des incrustations de Zip ou d’immenses godets, mais aussi une série de manteaux et vestes bleu marine sur chemise de popeline blanche.

En sortant du Palais Galliera, il faut traverser l’avenue du Président Wilson pour entrer au musée d’Art Moderne (par la terrasse, entre le café et la librairie). Dans la Salle Matisse, sont encore exposés 6 robes longues, un manteau de cuir à rivets et son fameux spencer noir à queue de pie en dos de crocodile.

Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris,

10, Ave Pierre 1er de Serbie, 75016

Jusqu’au 26 janvier 2014, fermé le lundi.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

No Comments

Leave A Reply