Anatomie d’une collection

fashionmicmac-anatomie UNE

fashionmicmac-anatomie affiche

 

 

Qu’elle idée de génie ! Présenter une histoire du costume habitée, vivante, où chaque tenue, scrupuleusement détaillée, est accompagnée du portrait de la personne qui la portait.fashionmicmac-anatomie Gilet

 

 

Cette exposition, très riche et originale, nous offre plusieurs histoires dans l’histoire, même si elle suit un ordre chronologique. Histoire du costume d’abord avec le nom du vêtement ou de l’accessoire, les tissus ou matériaux employés et les détails de coupe. Histoire des personnes ensuite, avec leur nom, leur position sociale et leur activité. Enfin, histoire de la relation couturier-clientèle. Pour qui, à quel usage ces vêtements ont-ils été imaginés et confectionnés ?

La première partie, consacrée 18e siècle, présente des vêtements d’aristocrates et monarques, rois et princes. On tombe en arrêt devant le gilet brodé de fleurs d’un prince amoureux des jardins et on découvre les incroyables appareils de mesure des corsets et des chapeaux !

On passe ensuite au 19siècle, avec les habits de nombreux nobles et bourgeois, accompagnés d’accessoires, chapeaux, ombrelles et cannes, sacs et souliers.

Surprenants, le costume rouge des forçats ou le costume de duel.

fashionmicmac-anatomie Deneuve

 

Vient le 20e siècle. Les couturiers habillent toujours princesses et duchesses mais aussi des artistes, chanteuses ou actrices. Quel plaisir de retrouver les robes portées par Audrey Hepburn et par Catherine Deneuve, entre autres.

fashionmicmac-anatomie LacroixPuis leurs créations sont d’abord imaginées pour un être cher, leur femme ou leur muse. La robe créée par Christian Lacroix pour sa femme à l’occasion d’un bal nous fait rêver !

Parmi tous ces beaux atours, une place est aussi faite aux anonymes gens du peuple avec caracos, jupons et vêtements de travail.

 

L’exposition, passionnante et émouvante, se termine par quelques prototypes, ces tenues conçues comme un concept qui exprime un fantasme du créateur et non comme une pièce qui sera commercialisée.

 

Palais Galliera,

10, Ave Pierre 1er de Serbie, 75016

Jusqu’au 23 octobre 2016, fermé le lundi.

www.palaisgalliera.paris.fr

 

 

 

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

No Comments

Leave A Reply